"Et si j'étais fou
et ma soif de désert incommensurable, inhabité
ma soif, relais de caravanes privées de sel
fou et qu'aucun campement n'apparaisse à mes yeux
aucune trace de monture ni de feu
ne pouvant plus imaginer les oasis de mon rêve
que dans la nuit glaciale d'autres planètes minérales
fou et que les mots eux-mêmes se rebellent
l'alphabet se retire dans une mémoire
au-delà de l'histoire
fou et que le sable lui-même se rétracte
emportant ses derniers mirages
fou
le silence s'installe sur la terre
alors que la nuit vient siéger sur mes épaules
Majnoun
je titube sans laisser rien paraître de ma détresse
m'engouffre lentement dans la grotte
Je venais d'enterrer les derniers miracles"

Abdellatif Laâbi, L'arbre de fer fleurit

19 septembre 2015